Retournement d’entreprise : les zones d’improductivité

Print Friendly, PDF & Email
Comme nous l’avons vu dans un article précédent, les causes de défaillance d’une entreprise sont nombreuses. Lorsque l’on travaille sur le redressement de société, nous allons rechercher les causes de défaillance. Une idée reçue très répandue est que chaque cas de redressement est spécifique et empirique. C’est faux. Comme en médecine, il faut faire un diagnostic. Et en fonction des maux découverts, on applique le traitement adéquat.
Dans cet article, il ne va pas s’agir de voir tous les maux possibles. Nous allons voir une cause qui est présente dans la majorité des cas de défaillance quel que soit le type d’entreprise ou son secteur.
Il s’agit de la non-productivité. Il ne s’agit pas d’activités déficitaires. Mais de cas où une tache réalisé dans l’entreprise dont le coût est supérieur ou dont son efficacité est moindre que celui de la concurrence. Attention : il ne s’agit pas uniquement de la partie production. Mais de l’ensemble des processus de l’entreprise (Vente, Marketing, Administration, Achat,…). Les coûts de production ne représentent généralement plus la part la plus importante du prix de revient.
Pour déterminer les zones de non-productivité, il faut les comparer avec celles des sociétés concurrentes. En effet, comme en général, une entreprise est sur un secteur concurrentiel, le fait d’être plus chère ou moins efficace sur certains processus la fragilise et elle finira par disparaître.
Remedier à ces zones de non-productivité nécessite une remise à plat des processus défaillants. Cela peut parfois impliquer un changement important du modèle économique. C’est une étape longue et ne portera ses fruits que sur la durée. Il s’agira parfois d’abandonner certains processus en interne et d’avoir recours à de la sous-traitance (ou l’inverse). Il faut parfois adapter le processus à la nouvelle situation de l’entreprise.
Il peut s’agir de rendre la société plus flexible. Les solutions à adopter vont dépendre bien évidemment des services affectés par cette improductivité.
Mais un point important est qu’il faut s’attaquer aux problèmes le plus tôt possible. Comme nous l’avons écrit plus haut, la résolution de ces problèmes prendra du temps. Il faut donc que l’entreprise puisse faire face financièrement et donc qu’elle ait une trésorerie suffisante.
Rejoignez notre formation “5 jours pour réussir” afin de rendre votre entreprise plus efficace.
Je m’appelle Cédric Le Clézio. Je suis expert-comptable au sein du cabinet Expansium, à Paris. Je conseille des créateurs et des repreneurs de l’origine du projet (analyse de l’idée, réalisation d’audit de la cible…) jusqu’à la phase de création de la structure juridique (conseil dans le choix de la forme juridique, élaboration du business plan, mise en place des outils comptable et de gestion). Je leur apporte mon expérience tant sur le plan juridique, fiscal que sur le plan comptable.
Retournement d’entreprise : les zones d’improductivité
Cet article vous a plu ? Donnez lui une note 🙂
Socialisez nous !

Laissez-nous un commentaire et n’hésitez pas à vous inscrire au Blog !