Les pionniers de l’or vert de Dominique Nora

Print Friendly

Les pionniers de l'or vert de Dominique Nora

Ce livre date un peu puisqu’il est sorti en 2009. Il a d’ailleurs obtenu le prix du livre économique de 2009. Au travers de ce livre, Dominique Nora nous parle de la nouvelle vague d’innovation qui déferle sur les Etats-Unis et plus particulièrement sur la Californie et plus particulièrement la Silicon Valley. Cette partie du monde qui surfe sur l’innovation depuis les années 70 avec la révolution des semi-conducteurs de la micro-informatique, des biotechnologies et d’internet.

Outre le fait de nous présenter les nouveaux aventuriers de l’or vert, Ce livre nous apporte un éclairage très intéressant sur le fonctionnement des start-up et leur système de gestation. Dominique Nora nous expose les points forts du système américains tels que la prise de risque, les business angels et l’environnement propice à l’innovation. D’ailleurs ces points sont à rapprocher d’un autre livre plus récent « Israël, la nation start-up », dont un article est en cours de préparation.

Ce livre apporte une bouffée d’oxygène, une envie de se lancer, une motivation à la création d’entreprise.

Toutefois, un point m’a fortement marqué. Un des chapitres est consacré à une entreprise de production d’énergie solaire. Celle-ci achète le droit d’utiliser le toit de particuliers pour y poser des panneaux solaires. En échange, la société fournit de l’électricité à prix plus avantageux que l’ancien opérateur. Je n’ai pu m’empêcher de faire un rapprochement avec l’industrie du solaire en France.

 

Le marché français a connu une croissance vertigineuse avant de connaître un arrêt brutale en 2010-2011. La cause de l’arrêt est bien connue. Un changement de réglementation a bloqué le marché (arrêt des autorisations d’installations de panneaux solaires, baisse des prix de rachat…).

Mais si on fait une analyse du marché, nous nous apercevons que la chute du marché était dans les gènes de celui-ci. En effet, le marché des panneaux solaires n’était tenu que par des incitations étatiques (avantages fiscaux, avantages financiers au rachat de l’électricité). De plus, un des défauts majeurs du système était de faire porter l’ensemble du risque financier sur des particuliers peu au fait du mode de fonctionnement d’un système de panneaux solaires. Le système français a eu pour effet de déresponsabiliser les installateurs car ils étaient indirectement les vrais bénéficiaires des avantages fiscaux offerts aux particuliers mais ils ne bénéficiaient pas des prix de rachat de l’électricité par EDF. De ce fait, leur objectif était uniquement de poser le plus de panneaux possibles sans se soucier du fonctionnement optimum de ceux-ci.

Ainsi, le marché des panneaux solaires a couté des sommes astronomiques à l’Etat, à certains particuliers sans apporter réellement ce qu’ils étaient en droit d’attendre. Elle a permis d’enrichir de nombreux « entrepreneurs » dont certains relèvent plus de profiteurs que de vrais chefs d’entreprises. D’ailleurs, la majorité d’entre eux ont ensuite déposé le bilan de leur société laissant les salariés, les clients, les fournisseurs (dont l’Etat) sur le carreau. Je ne sais pas si une étude a été faite sur le coût de ces aides et le nombre de kilowatt posé et le nombre de kilowatt réellement produit.

Ainsi, outre le mode de fonctionnement des entreprises (la société américaine crée un marché captif et récurrents et les sociétés françaises ont profité d’un marché fictif créé par l’Etat), nous nous apercevons que le système américain aide les gens à prendre des risque, tandis que le système français a abouti à une déresponsabilisation des entrepreneurs français et à même profiter à des gens malhonnêtes venant sur ce marché dans l’unique but de s’enrichir sans aucune volonté de rendre un service de qualité.

 

 

Je m’appelle Cédric Le Clézio. Je suis expert-comptable au sein du cabinet Expansium, à Paris. Je conseille des créateurs et des repreneurs de l’origine du projet (analyse de l’idée, réalisation d’audit de la cible…) jusqu’à la phase de création de la structure juridique (conseil dans le choix de la forme juridique, élaboration du business plan, mise en place des outils comptable et de gestion). Je leur apporte mon expérience tant sur le plan juridique, fiscal que sur le plan comptable.
Cet article vous a plu ? Donnez lui une note :)
Socialisez nous !

Laissez-nous un commentaire et n’hésitez pas à vous inscrire au Blog !