Mentorat : La solitude du chef d’entreprise : ne soyez pas, tel Lucky Luke, un entrepreneur solitaire

Print Friendly

Mentorat : La solitude du chef d’entreprise : ne soyez pas, tel Lucky Luke, un entrepreneur solitaire

Un chef d’entreprise, surtout lorsqu’il crée en solo, se retrouve souvent bien seul dans la gestion, le pilotage quotidien de sa société. Il touche à tous. Il est toujours sur la brèche (nous débutons rarement avec une secrétaire, un directeur commercial, un directeur financier…). Le dirigeant a la tête dans le guidon et n’a bien souvent personne à qui se confier.
Aussi, afin de se donner toutes les chances de réussir, il faut s’entourer. Pour cela il existe trois solutions efficaces (elles ne s’opposent pas, bien au contraire, elles peuvent être complémentaires).

 

1)      Prendre un expert-comptable

Avoir un expert-comptable dès la création de son entreprise et une bonne chose (voir même dès la phase de réflexion du projet). Evidemment, vous pouvez avoir l’impression que je prêche pour ma paroisse. Mais un expert-comptable (un bon : il ne faut forcément prendre le moins chère mais plutôt celui qui sera le plus amène de vous accompagner) va vous aider à mettre en place une organisation comptable et administrative et analysera les comptes de votre entreprise. Il pourra mettre en place des tableaux de bord. De plus, de par ses connaissances fiscales, comptables, juridiques, il vous fera gagner du temps et sera plus amène de vous proposer les solutions les plus adaptées (surement plus efficace que le copain qui vous dit de faire ceci car il a un copain qui l’a fait !!!).

 

2)      Avoir un mentor

Le rôle du mentor est de vous aider à mieux regarder votre activité. Un mentor, pour être de bon conseil, doit être bénévole et complétement indépendant vis-à-vis de vous. Il n’est pas là pour vous dire quoi faire, ni pour prendre des décisions à votre place. Idéalement, le mentor a une expérience en entrepreneuriat. Il apporte son vécu à l’entrepreneur en lui évitant ainsi de faire les mêmes erreurs. Il existe des organismes spécialisés dans le mentorat tel que le MOOVJEE.

 

3)      Se constituer un conseil d’administration

Cela peut paraître lourd pour une petite structure en développement mais cela a plusieurs avantages. Un conseil d’administration vous force à structurer votre entreprise, à présenter régulièrement des reporting financiers, des états d’avancement du projet. Pour constituer ce conseil d’administration, il faut trouver des personnes d’expériences mais avec des spécialités différentes (commercial, technique, financière, marketing,…). Comme pour le mentor, ils vous apporteront leurs expériences mais aussi leurs contacts.  De plus, avoir un conseil d’administration rassurera les investisseurs lorsque vous chercherez à lever des fonds.

 

Etre entouré vous permettra de ne pas évoluer seul dans votre entreprise. Mais aussi et surtout de bénéficier de leur expérience et ainsi d’éviter certaines erreurs. Comme j’aime à le dire : nous apprenons beaucoup de nos erreurs mais c’est encore mieux d’apprendre de celles des autres. Ça coûte moins chère.

Je m’appelle Cédric Le Clézio. Je suis expert-comptable au sein du cabinet Expansium, à Paris. Je conseille des créateurs et des repreneurs de l’origine du projet (analyse de l’idée, réalisation d’audit de la cible…) jusqu’à la phase de création de la structure juridique (conseil dans le choix de la forme juridique, élaboration du business plan, mise en place des outils comptable et de gestion). Je leur apporte mon expérience tant sur le plan juridique, fiscal que sur le plan comptable.
Cet article vous a plu ? Donnez lui une note :)
Socialisez nous !

Laissez-nous un commentaire et n’hésitez pas à vous inscrire au Blog !