Comment financer le développement de sa start-up avec l’argent de ses clients ?

Print Friendly

La principale problématique lors du lancement d’une Start-up est de financer sa croissance. La première possibilité est de mettre suffisamment d’argent dans la société pour financer la croissance futur. Cela se fait en général par des levées de fonds auprès d’investisseurs (Love money, capital risqueurs, fonds d’investissements,…). Mais au démarrage, lorsque le projet n’a pas encore démontré sa rentabilité, il est souvent bien difficile de trouver des personnes pour investir dans votre projet.
L’une des solutions est donc de faire financer votre croissance avec l’argent de vos clients. Et pour cela, il faut créer un business model que l’on appelle à BFR (besoin en fonds de roulement) négatif. L’exemple le plus connu est la grande distribution. Le supermarché paye ses fournisseurs à 45 jours voir plus et les clients payent comptant. Ainsi, avec un taux de rotation des stocks inférieur au délai de paiement, l’activité est financée par les clients et les fournisseurs.

mzl.jpnrwnpb

Le magazine HARWARD Business Review version française publie un article sur cette problématique : faire financer son activité par les clients et propose 5 business modèles que nous allons présenter succinctement.

 

Le modèle de l’intermédiaire

     Le but ici est de connecter des acheteurs avec des vendeurs. Vous rémunérez avec une commission. Le principal avantage : vous n’avez pas à financer de stock. C’est le modèle des agences immobilières. Ebay, Hotel.com, Priceminister.com l’ont repris.

 

Le modèle de l’acompte

Vous demandez à vos clients de payer une partie à la commande alors que vous n’avez pas encore achetez ou produit le bien ou le service. C’est le principe des avocats par exemple ou de ventesprivées.com qui fait payer les clients avant de payer ses fournisseurs.

 

Le modèle par l’abonnement

Le but est de faire payer les clients à l’avance et régulièrement un service. Ainsi, il est facile de connaître les rentrées d’argent des mois à venir. Les chaînes câblées, la presse fonctionnent sur ce principe.

 

Le modèle de la création unique revendue ailleurs

Le but est de vendre un service à un client et d’ensuite revendre ce même service en l’adaptant à d’autres clients. L’exemple le plus connu est MS-DOS de Microsoft.

 

Le modèle de la rareté

L’objectif ici est d’obliger les clients d’acheter le plus rapidement les produits en faisant des productions limités. C’est le principe de ZARA. Si vous n’achetez pas le produit le jour même, vous n’êtes pas sur de le retrouver par la suite. Ainsi, les stocks tournent plus vite et il y a peu de marchandises soldées (donc vendues avec des faibles marges). Si vous couplés cela avec des délais règlements fournisseurs long, vous augmentez votre trésorerie et donc votre capacité d’investissement.

 

 

Je m’appelle Cédric Le Clézio. Je suis expert-comptable au sein du cabinet Expansium, à Paris. Je conseille des créateurs et des repreneurs de l’origine du projet (analyse de l’idée, réalisation d’audit de la cible…) jusqu’à la phase de création de la structure juridique (conseil dans le choix de la forme juridique, élaboration du business plan, mise en place des outils comptable et de gestion). Je leur apporte mon expérience tant sur le plan juridique, fiscal que sur le plan comptable.
Comment financer le développement de sa start-up avec l’argent de ses clients ? 5.00/5 (100.00%) 1 vote
Socialisez nous !

Laissez-nous un commentaire et n’hésitez pas à vous inscrire au Blog !